Etude de cas : Roche Pharma France, un open space intelligent

Eric Vaiedelich, architecte et directeur de projet chez DEGW France nous livre sa vision sur le travail d’aménagement des bureaux de Roche Pharma France.

Rappelons que c’est le cabinet d’architecture DEGW France, spécialisé dans l’aménagement des espaces tertiaires qui a conçu les aménagements du siège de Roche Pharma France, installé du R+8 au R+18 de la tour Horizon, à Boulogne (92).

« Dès le départ, il était convenu de passer les équipes en open space. Mais pas question de les mettre toutes ensemble sur un immense plateau sans délimitation. En effet, l’open space devient difficile à vivre lorsqu’il regroupe plus de vingt personnes et qu’il ne tient pas compte de la réalité organisationnelle de l’entreprise. Il est préférable de délimiter des zones, grâce à des cloisons, des couleurs ou des jeux de lumière, et d’y réunir des personnes qui travaillent réellement ensemble ou partagent un même type de fonction » raconte Eric Vaiedelich, l’architecte en charge du projet. Dans le cas de Roche, chaque étage a été divisé en quatre « appartements », où ne pénètrent que les collaborateurs concernés par ce qui se passe dans ce lieu précis, soit une quinzaine de personne. Ils sont séparés les uns des autres par les barrières physiques existantes, comme la cloison de recoupement incendie, et par un ensemble d’espaces mutualisés. Afin d’allier besoin d’intimité et d’appropriation de l’espace des collaborateurs, problématiques de gain de mètres carrés et d’optimisation de l’esprit collaboratif du donneur d’ordres, un mobilier a été spécialement imaginé par DEGW France et réalisé par Vitra.

En amont du projet, DEGW France avait réalisé un diagnostic poussé de l’organisation de leur client. « Nous avons longuement observé chaque métier, leur journée type et leur taux d’occupation des espaces et des postes afin d’établir les typologies d’espaces de travail dont ils avaient besoin : « ce que nous appelons le « menu d’espaces », explique Eric Vaiedelich. « En effet, on ne peut pas faire autant de choses à son postes de travail en espace ouvert que dans son bureau fermé. Pas question d’y passer un coup de téléphone confidentiel ou d’y discuter à plusieurs par exemple. Or, ce type de tâches représente aisément 50% du temps de travail ! Surtout pour les cadres, qui comptent 80% du personnel de Roche Pharma », ajoute l’architecte. Pour que les salariés puissent travailler convenablement, des espaces de travail mutualisés adaptés à chacune des tâches récurrentes ont été installés : des lieux de retraite ou de réunion, clos, ouverts ou semi-ouverts, des espaces dits « solo », « duo » ou « trio », où l’on s’assemble en petit nombre pour discuter, des salles de réunion, des salons détente, des points café, des cafétérias où l’on peut se connecter,… « Ces espaces de travail doivent être en nombre suffisant pour ne pas avoir à être réservé, afin de ne pas nuire à la spontanéité. » Ainsi, 500 places de réunion ont été créées pour les 700 collaborateurs. Tous les autres types de lieux, dédiés à un étage ou même un appartement, sont accessibles sans aucune formalité. Des aménagements qui impliquent de nouvelles habitudes de travail, visiblement rapidement adoptées chez Roche Pharma France. « Bien sûr, nous devrons effectuer quelques ajustements. Nous allons pas exemple ajouter des panneaux acoustiques supplémentaires pour les box dédiés aux appartements. Mais d’ores et déjà, les différents espaces sont très utilisés et les enquêtes de satisfaction menées par la communication interne par rapportent de très bons retours » termine Eric Vaiedelich.

Source : Interview et article réalisé par Sophie Distel, rédactrice chez Arseginfo – www.arseginfo.fr

Par : DEGWFRANCE /mai 31, 2013 /Blog, Presse /0 Commentaire

Pas de commentaires.